LA MÉDIUMNITÉ :





Le don de médiumnité est aussi ancien que le monde. Les prophètes étaient des médiums, si les Esprits n'existaient pas, il n'y aurait aucune sorte de médiumnité.
Les Esprits, comme le dit clairement Allan Kardec, n'étant autre chose que les âmes ayant vécu sur la Terre, il faut admettre, sinon constater, que ces âmes sont partout.
Tous les êtres possèdent, même les animaux, des facultés médiumniques.
Les esprits nous disent que le médium, avant de s'incarner, accepte de servir d'intermédiaire entre les deux plans.
Allan Kardec nous instruit à ce sujet en expliquant aussi que la médiumnité n'a qu'un rôle unique et supérieur, c'est celui d'être au service de l'évolution des hommes, c'est-à-dire au service de la connaissance, au service du bien, au service de Dieu.
Allan Kardec a codifié les différentes médiumnités dans le livre des esprits et le livre des médiums.



  • LES MEDIUMS A EFFETS PHYSIQUES sont ceux qui provoquent les matérialisations, les coups frappés, le déplacement d'objets, la torsion des métaux, le jeu de certains instruments sans contact, les apports, les dématérialisations. Ils servent d’instruments aux Esprits pour l'apport d'objets matériels, certains peuvent même léviter.

  • LES MEDIUMS SENSITIFS sont ceux qui sentent à chaque instant la présence d'entités spirituelles et discernent leur valeur morale.

  • LES MEDIUMS INCONSCIENTS sont ceux qui à leur insu provoquent des phénomènes spontanés ou parlent sans se rendre compte qu'il s'agit d'un Esprit qui se communique.

LES MÉDIUMS PNEUMATOGRAPHES
sont ceux qui obtiennent l'écriture directe.

Il y a ici un distinguo à faire entre l'écriture directe et l'écriture automatique ou psychographique, bien que dans cette forme de médiumnité, il existe plusieurs variantes.

Les effets intelligents, comme le signale Allan Kardec à la page 227 du «livre des Esprits », sont ceux pour lesquels l'Esprit se sert de matériaux cérébraux du médium, ce qui n'est pas le cas dans l'écriture directe ; l'action du médium est ici toute matérielle, tandis que chez le médium psychographe, même complètement mécanique, le cerveau joue toujours un rôle actif en tant qu'organe de transmission.

Ce n'est pas le cerveau qui secrète la pensée car cela équivaudrait à dire que l'horloge secrète l'heure ou l'idée du temps. Le cerveau et l'horloge sont deux mécanismes, l'un biologique, l'autre inerte.

La psychographie :


Le dernier roman de Charles Dickens, romancier anglais, auteur du célèbre David Copperfield :
James, un jeune mécanicien né à Boston entre à 13 ans en apprentissage. Il assiste en 1872 à une réunion spirite au cours de laquelle il reçoit une communication par écriture automatique signée Charles Dickens. Ce dernier lui demande de lui servir d'intermédiaire pour terminer le roman qu'il avait laissé inachevé à sa mort.
Dickens décéda en 1870 et il s'agissait d'achever son roman «le mystère d'Edwin Drood ».
En 8 mois, de décembre 1872 à juillet 1873, le jeune mécanicien, en dehors de son travail professionnel, réussit à écrire un manuscrit de 1200 feuillets représentant un volume de 400 pages.

l'intervention de Dante :
Ce phénomène est rapporté par Boccace dans sa Vie du Dante. Après la désincarnation du poète, ses fils et ses disciples cherchèrent en vain les treize derniers chants de la Divine Comédie.
Ces derniers restant introuvables, Jacques et Pierre, ses deux fils, tous deux également poètes, tentèrent d'achever l’œuvre paternelle. Jacques se découragea. Une nuit, son père, Dante, lui apparut en songe et lui montra que les treize derniers chants se trouvaient cachés sous une natte clouée au mur dans la chambre où il était mort. On souleva la natte où l'on trouva ce que l'Esprit de Dante avait annoncé. C'est ainsi que la Divine Comédie a pu parvenir complète jusqu'à nous.
Pour ce qui concerne les médiums psychographes, c'est-à-dire ceux qui ont la faculté d'écrire eux-mêmes sous l'influence des Esprits comme le furent Allan Kardec, Léon Denis, Gabriel Delanne et tant d'autres comme Jeanne Laval, Chico Xavier au Brésil, démontrent l'intelligence invisible qui se manifeste par le moyen de la psychographie.


LES MEDIUMS A INCORPORATION INDIRECTE


Sont ceux dont les Esprits utilisent l'instrument corporel de l'extérieur, c'est-à-dire qu'ils utilisent le périsprit du médium qui, bien que dégagé, conserve des liens vitaux avec les centres nerveux de son corps.
C'est une sorte d'incorporation indirecte. L'Esprit transforme ses pensées en paroles, c'est pour cela que les médiums à incorporation indirecte doivent posséder une solide instruction et un confortable bagage de connaissances qui feront du périsprit utilisé un relais, un instrument de retransmission de la pensée des Esprits aussi fidèle que possible.

Dans cet ordre d'idées, on peut comparer l'Esprit à un musicien qui jouerait une œuvre musicale soit en se servant d'un instrument perfectionné donc capable de rendre parfaitement toutes les nuances de la sensibilité, soit en se servant d'un instrument rudimentaire qui ne peut former que quelques notes. C'est ainsi que dans ce genre d'incorporation, l'on retrouve souvent les mots favoris du médium, et cela est normal puisque la communication passe par son bagage intellectuel.


LES MEDIUMS A INCORPORATION DIRECTE

Pour bien comprendre le problème de l'incorporation, il faut considérer que l'homme dans la vie terrestre est avant tout un Esprit qui utilise un élément organique pour communiquer avec ses semblables.
Donc le principe de l'incorporation réside dans le fait que l'esprit du médium, momentanément dégagé de son corps, va permettre à un autre Esprit du monde spirite d'utiliser cet organisme pour ainsi dire à demi ou au trois quart selon les cas, afin de se communiquer aux humains.
Il faut bien penser que chaque médium constitue dans les détails un cas particulier.
L'incorporation est celle que les Esprits préfèrent et qu'ils emploient lorsque cela est possible.

L'Esprit communicant dégage avec toutes les précautions adéquates l'esprit du médium de son corps.

C'est-à-dire qu'il prend directement possession des centres nerveux de l'organisme avec son propre périsprit.
De ce fait pour communiquer sa pensée, l'Esprit communiquant n'a plus besoin d'utiliser le bagage intellectuel du médium, donc n'est plus tributaire d'une insuffisance de moyens d'expression toujours possible.
Il est impératif si l'on veut éviter de graves accidents, de laisser agir les Esprits-guides sur le médium, en s'abstenant de toute intervention magnétique humaine.
Voir également " Dans l'invisible, spiritisme et médiumnité" Chapitre XIX

LES MEDIUMS MAGNETISEURS ET GUERISSEURS :

Sont ceux qui peuvent guérir ou soulager par l'imposition ou la prière. A noter que cette faculté n'est pas essentiellement médiumnique, elle appartient à tous les vrais croyants, qu'ils soient médiums ou non, elle n'est très souvent qu'une exaltation de la puissance magnétique fortifiée en cas de besoin par les bons Esprits qui font un apport du fluide vital universel.
Certains médiums guérisseurs sont assistés par des Esprits ayant pratiqué la médecine sur Terre d'où la troublante exactitude de leur diagnostic et des remèdes de phytothérapie qu'ils préconisent. Ils sont à la fois médiums guérisseurs confirmés et magnétiseurs, mais il existe également des magnétiseurs sans action spirituelle et qui ne sont pas médiums pour autant.


LES MEDIUMS AUDITIFS
sont ceux qui par définition, entendent les Esprits, mais il y en a beaucoup qui disent entendre ce qui n'est que dans leur imagination.


LES MEDIUMS PARLANTS
sont ceux qui parlent sous l'influence des Esprits. Ils sont très nombreux, nous dirons que ce sont les plus répandus.
Parmi eux, se placent les médiums orateurs, les médiums inspirés ou à pressentiments, ceux auxquels des pensées sont suggérées le plus souvent à leur insu à chaque acte de leur vie. Ils ont l'intuition des choses du futur. On en retrouve chez les médiums à semi-incorporation. Ils possèdent aussi le don de prophétie lorsqu'ils reçoivent, pour ce faire, la permission divine de révéler des choses d'intérêt général qu'ils sont chargés de faire connaître aux hommes pour leur instruction.
L'Esprit de Vérité par exemple s'est servi d'Allan Kardec pour annoncer ce qu'il a appelé la 3ème Révélation.


LES MEDIUMS VOYANTS
que l'on confond souvent avec les médiums clairvoyants. Les médiums voyants voient les Esprits et les décrivent tels qu'ils étaient de leur vivant et les identifient. C'est une faculté qui s'oppose à l'état actuel des organes de la vue qui sont limités.
Les médiums clairvoyants ont une faculté inhérente à la nature même de l'âme ou de l'esprit. On dénomme lucidité la faculté de clairvoyance de certains somnambules ou cette lucidité plus ou moins développée selon la capacité de son esprit à se dégager momentanément de son corps physique. Telle est la cause de la vue à distance où le médium se voit à l'endroit même qu'on lui fait observer, fut-il à des centaines de kilomètres, car si le corps n'y est pas, l'esprit y est en réalité.
Si l'on voulait utiliser une image on pourrait dire que le clairvoyant voit par la lumière de l'âme. Le mot lucidité conviendrait mieux dans ce cas que le mot clairvoyance.

Ne pas confondre avec la voyance.


LES MEDIUMS DANS LA PEINTURE ET LA LITTERATURE :


Des médiums qui peignent ou qui dessinent, il ne faut retenir que les faits sérieux, car on ne saurait donner ce nom à certains médiums auxquels les Esprits moqueurs font faire des choses grotesques que désavouerait le dernier écolier.

Dans la peinture :




Nous avons l'avantage d'avoir eu un médium-peintre comme Augustin Lesage, pour parler d'un véritable médium peintre, et qui confirme le rôle d'intermédiaire dévolu au médium entre le monde des vivants et le monde spirite codifié par Allan Kardec. Nous avons eu en France la visite du peintre-médium Gasparetto, brésilien ; chez ce peintre on a pu observer qu'il pouvait réaliser simultanément deux peintures différentes, des deux mains. Il y a aussi Anne-Marie Martin et en Angleterre Matthew Manning, également Nicomède Gomez, espagnol, qui vécut longtemps en France, et dont les tableaux sont très beaux, bien que relevant d'une nature plus ésotérique. Des peintres comme Raphaël, Michel-Ange, Botticelli ont eu des médiumnités géniales comme les grands inspirés...





Dans la littérature :


Thomas d'Aquin
dit avoir commenté ses Epîtres sous la dictée de l'apôtre Paul. Il conversait avec un personnage invisible la nuit, sa cellule s'illuminait.

Alfred de Musset
avait des visions, des apparitions et entendait des voix. Georges Sand témoigne que ce poète s'entransait avec la plus grande facilité.

Roger Bacon
dans son œuvre "Le docteur admirable" décrit toutes les grandes inventions de notre temps.

Swedenborg
, philosophe suédois a eu la vision à près de 200 km d'où il se trouvait de l'incendie de Stockholm.

Chateaubriand
et sa sœur Lucile doivent être considérés comme des médiums inspirés.

Balzac
, notamment dans son roman "Séraphita" a touché à tous les problèmes de la vie de l'invisible. C'était non seulement un profond observateur, mais aussi un médium inspiré dans l'acception la plus haute du mot.

Lamartine
, "Jocelyn", "la chute d'un ange" sont des œuvres d'inspiration médiumnique. Il écrira à son ami Arles-Dufour ces mots : "Je parle à des hommes de chair et d'os le pur langage des Esprits. "

Michelet
est souvent sous l'emprise de quelque chose de transcendant. En parlant de son histoire de La Révolution, il dira : "Jamais depuis ma Pucelle d'Orléans, je n'avais eu un tel rayon d'en haut, une si lumineuse échappée du ciel... "

Victor Hugo, inspiré, porte parole de l'invisible. N'a-t-il pas dit : "Dieu se manifeste à travers la pensée de l'homme", "Le poète est prêtre". Dans "Miettes de l'histoire", les vers qu'il adressait à Molière sont à l'image de ses prodigieuses facultés pour l'écriture. Il a écrit : "Les morts sont des vivants mêlés à nos combats, et nous sentons passer leurs flèches invisibles". Sur la tombe d'Emilie de Putron, il prononçait ces paroles, restées célèbres : "Les morts sont les invisibles, mais ils ne sont pas les absents". Léon Denis écrit en parlant de Victor Hugo : "L'au-delà répandait sur lui ses radiations et ses harmonies. "

Beaucoup d'auteurs célèbres ont été médiums sans le savoir, d'autres en ont eu conscience, tous n'ont pas cette franchise et préfèrent laisser croire à leurs mérites personnels ; mais en général les grands génies reconnaissent volontiers qu'ils sont dirigés par des intelligences supérieures.





Dans la Musique :


Mozart et Beethoven
ont rendu hommage et témoignage aux Esprits qui inspiraient leur génie. On pourrait en dire autant de Haendel, Gluck, etc. Chopin avait des visions. Ses plus belles compositions, sa Marche funèbre, ses Nocturnes, furent écrites dans un état médiumnique. Toute l’œuvre de Wagner repose sur un fond de spiritualité. Cela est exprimé dans les paroles de Lohengrin, du Tannhauser et de Parsfial.


Le phénomène de la médiumnité a rempli tous les âges, il n'a jamais cessé de guider l'humanité dans le terrestre pèlerinage. Toutes les grandes œuvres sont filles de l'Au-delà.
Tout ce qui a révolutionné le monde de la pensée, amené un progrès intellectuel et moral est né d'un souffle inspirateur. Allan Kardec a été un grand inspiré dont les foyers innombrables s'allument sur toute la Terre.


Y a-t-il des écueils dans la médiumnité ?

Comment l'exercer et dans quelles conditions ?

Telles sont maintenant les réponses à ces questions qui concluront cet exposé.

Ce serait une erreur de croire qu'il faut être médium pour attirer à soi les êtres du monde invisible. L'espace en est peuplé, nous en avons sans cesse autour de nous, à nos côtés, qui nous voient, nous observent, se mêlent à nos réunions, qui nous suivent ou nous fuient selon que nous les attirons ou les repoussons.

La faculté médiumnique n'est qu'un moyen de communication. Dès lors on comprendra aisément que nous devons être entourés de ceux qui ont de l'affinité pour notre propre esprit, selon qu'il est élevé ou dégradé.

On peut dire que de même qu'il n'y a de véritable spirite que celui qui sait comprendre le Spiritisme, il n'y a de bon médium que celui qui sait comprendre le sens moral de la médiumnité.

En effet l'observation et l'étude du monde invisible exigent beaucoup de patience, de persévérance, de sagesse, d'autant que nous abordons un monde où nos sens conventionnels sont inopérants, ce qui veut dire que là plus qu'ailleurs nous devons faire intervenir le maximum de prudence, d'esprit analytique, de jugement, de discernement, avec comme condition majeure et rigoureuse d'expérimentation, la moralité des participants visibles ou invisibles.

Donc sachant à quoi nous en tenir sur la nature hétérogène de ce monde spirituel qui entoure notre planète, il va de soi qu'il faille par mesure de prudence, de sécurité et de vérité, y opérer une sévère sélection afin d'éloigner les Esprits pervers, menteurs, amuseurs, obsesseurs, donc dangereux, et d'attirer autour de nous les seuls Esprits tolérables en tant que forces directionnelles que sont les Esprits instructeurs et supérieurs, c'est-à-dire ceux qui sont capables et habilités à nous guider, pour nous protéger et nous enseigner avec vérité cette science de la médiumnité par la connaissance du Spiritisme.

La médiumnité a des écueils, comme le Spiritisme mal compris, mais la faute n'incombe pas ni à l'une ni à l'autre, mais à l'usage que l'on en fait ; la faute en incombe à l'être humain qui ne veut ou ne sait pas se placer dans les conditions requises, soit par ignorance, soit par manque de raison, mais toujours par manque de moralité. Afin d'éviter tous les écueils, tous les dangers que comporte une expérience médiumnique anarchique, il faut opérer une sélection de présence et d'influence dans ce monde spirituel qui nous côtoie et nous interfère, afin de n'avoir autour de nous et en tutelle que de bons Esprits, c'est-à-dire ceux dont l'étendue des connaissances morales et scientifiques dont nous sommes avides, n'a d'égales que leur haute moralité, la perfection de leurs sentiments, le degré de leur élévation spirituelle.

Voilà le premier écueil, la difficulté majeure ?

En effet, cette sélection, cet entourage, cette tutelle, donc cette protection, cette garantie de vérité des enseignements conforme à la bonne marche de notre évolution, tout cela procède de la grande loi d'attraction et d'affinité qui régit les rapports spirituels au même titre qu'elle régit le monde matériel.

Les liens qui nous unissent à d'autres personnes sur Terre sont toujours déterminés par des affinités de caractère, de goûts, de pensées, de courants sympathiques ; il en est de même vis-à-vis de ceux du monde spirituel.

Si nous sommes des orgueilleux, des égoïstes, des vindicatifs, des sensuels, des esprits vénaux, si notre esprit peu sérieux n'a de critique que dans un sens matériel, nous aurons fatalement autour de nous des Esprits qui nous ressemblent et que rien n'empêchera de nous précipiter dans l'erreur et dans l'impasse.

Si au contraire nous faisons partie des gens sérieux, si notre nature nous porte au bien, au beau, au juste, au généreux, si nous sommes réfléchis, sobres, pondérés, si nos efforts tendent à la recherche de la vérité, de la justice, de l'amélioration de soi-même, par affinité de pensées, de travaux, de désirs, de discussions, d'état d'esprit, nous attirerons dans notre entourage des Esprits de bien et évolués. Les autres s'éloigneront, ne trouvant rien auprès de nous qui les attire, les intéresse et leur donne libre accès

Autrement dit et tant pis pour notre amour propre, notre rôle humain dans l'expérimentation spirite est tout au plus un rôle d'humble collaboration. La direction effective de comprendre le souci constant que doit avoir un médium quant à l'environnement spirituel qui doit être le sien.

Dans une telle ambiance créée à partir de notre élévation de pensée vers Dieu, à partir de ces pensées d'amour mutuel de fraternité, de confiance
réciproque, d'humilité, qui émanent des Esprits humains et qui par résonance attirent et permettent la présence, l'intervention et l'action des Esprits supérieurs, dans une telle ambiance, qui est un véritable bain de jouvence, combien l'on reçoit de calme, de force, d'enseignements ! Combien l'on ressent cet allégement, cet apaisement, ce bien-être inexprimable qui sont la preuve physique d'un bon entourage, d'un milieu fluidique sain, et combien dans une telle ambiance les médiumnités se révèlent et se développent harmonieusement. C'est ce que nous faisons à l'UNION SPIRITE FRANCAISE ET FRANCOPHONE dans notre mission de créer à travers notre pays des groupes et de développer des médiumnités bonnes, sérieuses, au service de la souffrance et du désespoir.

L'évolution morale des médiums ne peut qu'attirer les Esprits de qualité. Les qualités majeures pour ce faire sont : La bonté, la bienveillance, la simplicité du cœur, l'amour du prochain, le détachement équilibré des choses matérielles.

Les défauts qui attirent le bas astral et par conséquent ouvrent la porte aux Esprits inférieurs sont : L'orgueil, l'égoïsme, l'envie, la jalousie, la haine, la cupidité, la sensualité, la vénalité et la luxure ainsi que toutes les passions par lesquelles l'homme s'attache à la matière.

Mais s'il est avec l'orgueil une autre grave erreur en matière de médiumnité, c'est bien la médiumnité payante. Voyons ce passage extrait de l'Evangile selon le Spiritisme d'Allan Kardec :

"C'est ce trafic dégénéré en abus, exploité par le charlatanisme, l'ignorance, la crédulité et la superstition qui a motivé la défense de Moïse. Le Spiritisme moderne, comprenant le côté sérieux de la chose, par le discrédit qu'il a jeté sur cette exploitation, a élevé la médiumnité au rang de mission. "

"Que celui donc qui n'a pas de quoi vivre cherche des ressources ailleurs que dans la médiumnité ; qu'il n'y consacre, s'il le faut, que le temps dont il peut disposer matériellement Les Esprits lui tiendront compte de son dévouement et de ses sacrifices, tandis qu'ils se retirent de ceux qui espèrent s'en faire un marchepied ".

Pour conclure, étant moi-même médium, je dirais avec force et conviction, par expérience, que tout médium doit servir les enseignements divins, à l'exemple du maître de Galilée, c'est-à-dire servir la vérité, la morale et à la diffusion des lois universelles. Servir au soulagement de la souffrance qu'elle soit de ce monde ou de l'autre, telle est la merveilleuse et parfois dure mission du vrai médium.

Pour bien se préparer à cette mission et pour bien la remplir, il faut que le médium soit humble, qu'il travaille opiniâtrement à son évolution morale, qu'il soit animé d'une foi inébranlable en Dieu, qu'il s'en remette à sa seule volonté.

Que tout son effort se concentre sur ces quelques points. Alors tout ira bien car le reste, c'est-à-dire l'utilisation de lui-même n'est pas son affaire, mais celle de l'Au-delà.

"Le Spiritisme, disait Flaubert, pose en dogme l'amélioration fatale de notre espèce" C'est la raison pour laquelle il met l'accent sur un fait essentiel c'est que nul ne peut évoluer s'il ne travaille au salut de ses frères."

Nous étions la génération du passé, nous serons la génération de l'avenir. Nous récoltons ce que nous avons semé autrefois, ce que nous semons aujourd'hui nous le récolterons dans l'avenir.

En aidant au développement des bonnes médiumnités l'homme sera initié à la vraie science et à la vraie croyance, celles qui ne s'excluent pas l'une de l'autre mais s'unissent pour une communion d'âmes entre le monde terrestre et le monde spirituel, afin que l'homme puisse bénir la vie en ne craignant plus la mort. Parvenu au terme de l'étape terrestre, son dernier soir sera lumineux, lumineux lorsqu'il verra les Esprits de lumière qui viennent toujours nous accueillir pour nous dire, quand cela est mérité :

"Frère, sois heureux dans cette vie nouvelle et éternelle, car tu as travaillé pour nous et pour l'avenir des hommes de la Terre, ainsi tu as aussi travaillé pour ton amélioration personnelle, tu vas maintenant connaître une existence d'un bonheur dont il est difficile pour les humains de se faire une idée qu'à nous de le faire comprendre. Mais la Vérité, étincelle divine que nous avons recueillie, se change en foyer, grandit, se déverse sans cesse sur la Terre, elle inondera un jour de ses feux cette humanité hésitante et malheureuse pour la transformer en un éden de Paix, de Fraternité et d'Amour..."

 

************************

[1] Eleusis : Ville de l'Attique au Nord-Ouest d'Athènes qui avait un temple dédié à Cérès où l'on célébrait des mystères ou eleusines.
[2] Pneumatophonie : Communication verbale des Esprits sans le secours des organes de la voix. Son ou voix qu'ils font entendre dans le vague de l'air et qui semble retentir à nos oreilles.
[3] Eugène Nus : Littérateur français né à Chalon S/S - 1846.1894 - auteur de vaudevilles, de comédies, de drames, (L'enseignement mutuel, la Tour de Londres) de volumes humoristiques comme Nos bêtises, mais on ne fait aucune allusion à son livre Choses de l'autre monde.
[4] Bergson : Essai sur les données immédiates de la conscience L'énergie spirituelle
[5] Gabriel Marcel : Homo viator. Métaphysique de l'espérance (1946). Le mystère de l'Etre. .



Sources Centre spirite Lyonnais : "Les différentes formes de médiumnités "

A venir : L'Animisme et l'idéoplastie :