Chico Xavier


Le 2 Avril 1910 dans le petit village de Pedro Leopoldo (Brésil), naquit Francisco Cândido Xavier, mais c’est sous le nom affectif de Chico Xavier qu’il fut connu. Sa mère se désincarna alors qu’il n’avait que cinq ans. Son père fut contraint de répartir la garde de ses neuf enfants et c’est ainsi que Chico fut confié à la garde de sa tante. Il subit de nombreux sévices car cette femme le maltraitait. Elle le frappait tous les matins ou lui enfonçait une fourchette dans le ventre pendant des heures ou encore lui imposait des périodes de jeune prétextant qu’il avait le diable au corps. Un jour, il se réfugia au fond du jardin, comme il en avait l’habitude dans les moments de souffrance et pria. Sa mère, avant de se désincarner, lui avait dit qu’elle n’allait pas mourir. C’est alors qu’elle lui apparu.
« Maman, lui dit-il, je veux partir d’ici. Je ne vis que pour recevoir des coups. »
Sa mère lui recommanda d’être patient : « Celui qui ne souffre pas n’apprend pas à lutter. »
"Ma marraine a dit que j’avais le diable au corps..."
« Ne t’en fais pas.

Tout passe et si tu as la patience, Jésus nous aidera afin que nous puissions toujours rester ensemble ». Chico se résigna, ce qui déclencha la colère de sa tante. Son père se remaria avec Cidalia Batista qui rassembla tous les enfants de la famille et devint très vite la confidente de Chico.
Afin de pourvoir à l’éducation des enfants elle cultiva des légumes. Dès l’âge de neuf ans, Chico commença à travailler en allant vendre les légumes dans la rue permettant ainsi de financer l’éducation de la famille.

C’est en 1919 qu’apparurent les premières manifestations médiumniques. Les rêves ponctuaient ses nuits agitées durant lesquelles il se levait pour converser avec ses interlocuteurs invisibles et racontait, au matin, les histoires relatives à des personnes désincarnées. Son père l’emmena voir un prêtre qui, après avoir écouté l'enfant, lui défendit de lire des journaux, des revues et des livres, prétextant qu’il était possédé par le diable. Puis il entra au collège en 1923 et travailla en même temps dans une fabrique, puis dans un café à partir de 1925. Pendant ce temps, ses nuits étaient toujours perturbées et il tombait systématiquement en transe.

Une de ses sœurs tomba malade en 1927. Un couple de spirites, se réunit avec les proches de la malade et réalisèrent la première réunion spirite chez les Xavier. Sur la table, deux livres : L'Évangile selon le Spiritisme et Le livre des Esprits d'Allan Kardec. Par la médiumnité de Mme Carmem, sa mère se manifesta : " Mon fils enfin nous sommes réunis à nouveau. Les livres qui sont devant nous sont deux trésors de lumière. Étudie-les, et accomplis tes devoirs et dans un futur très proche, la bonté divine nous permettra de te montrer tes nouveaux chemins ".

En juin, il fut nommé secrétaire du centre spirite Luiz de Gonzaga. C’est à partir de ce moment que s’épanouit sa médiumnité. Ses écrits qui ne furent pas signés et donc attribués à Chico, pendant quatre ans, prirent une autre dimension sous la signature d’Emmanuel, guide de Chico Xavier. C’est en 1932 que " Parnaso de além tumulo " (Parnasse d'outre-tombe), que le premier livre de Chico fut publié par la Fédération Spirite Brésilienne. Ce recueil de 56 poèmes est écrit par 14 poètes portugais et brésiliens dans le propre style de leur dernière incarnation. Emmanuel joua un rôle fondamental dans l'historique du christianisme avec des œuvres comme : Há dois mil anos (Il y a deux mille ans). Un récit qui retrace l'une des incarnations marquantes de l'Esprit Emmanuel, ex-sénateur Publius Lentulus Cornelius, histoire palpitante d'un homme qui va vivre les premières heures du Christianisme... Il y a 2000 ans... On peut noter également Avé Cristo (Ave Christ), Cinquenta anos depois (Cinquante ans après) ou Renuncia (Renoncement). 

C’est vers la fin de l’année 1941, que l’Esprit Emmanuel se communique à lui pour l’entretenir d’un projet. Il s’agit de transmettre médiumniquement des ouvrages relatant la vie dans le monde spirituel. Peu après, un esprit, André Luiz, médecin lors de sa dernière existence terrestre, dicte par psychographie pendant 700 jours une série de 13 ouvrages où il révèle ce qu’il découvre dans l’au-delà. Le titre de la série s'appelle "Nosso Lar" et il sera un succès, il reste à l'heure actuelle le livre le plus vendu.
Francisco Cândido Xavier a fait l'objet d'investigations de la part d'une équipe scientifique de la Nasa qui a constaté l'existence, autour de lui, d'un champ magnétique de plus de douze mètres. Mais Chico ne fut pas épargné durant cette existence terrestre. Les calomnies, la justice dont il sortit toujours blanchi, et surtout la maladie firent partie de son quotidien. De graves problèmes aux poumons et aux yeux le perturbèrent depuis 1931. Sur les conseils de son Guide, Chico s’installa en 1959 à Uberaba. En plus des activités médiumniques, Chico visitait chaque samedi, en compagnie de nombreuses personnes qui le suivaient, des familles défavorisées pour leur apporter du réconfort.
Pendant les cinq dernières années de sa vie, Chico affaibli par la maladie, continua à psychographier les messages transmis par les esprits.


Le 30 juin 2002, Chico se désincarna à l’âge de 92 ans. Il avait toujours souhaité partir un jour où le peuple serait en fête. Ce jour là, le peuple commémorait la cinquième victoire à la coupe du monde de football. Plus de trois cent mille personnes ont défilé devant son corps et, le 2 juillet, plus de vingt mille personnes ont assisté à ses funérailles .

Pendant 75 années Chico travailla, publiant plus de 400 livres dictés par plusieurs auteurs spirituels, transmettant des centaines de lettres d'esprits à leurs familles incarnées et des millions de réponses à des consultations. Les droits d'auteur de tous ses livres (419 livres vendus à près de 30 millions d'exemplaires), furent donnés gratuitement aux éditeurs spirites et à des associations caritatives. Toute cette œuvre a été supervisée par Emmanuel, son Esprit Guide.

La valeur doctrinale de ses œuvres médiumniques est immense car, chacune d'elles développe les idées spirites avec une fidélité absolue avec la codification de Kardec.
La production médiumnique de Chico fut fidèle au reflet de son cœur plein d'amour pour l'humanité, car il a toujours vécu la médiumnité dans ce qu'elle a de plus beau, son caractère consolateur, en adoucissant les peines de ses frères.



 Source : centre spirite de Bron