Action des esprits sur les phénomènes de la nature



Peut-on croire à l’existence d'élémentaux : elfes, fées, ondines, trolls, korrigans ...

La philosophie spirite ne nous donne pas d'informations particulières sur ces êtres. Cependant, Allan Kardec dans le  "Livre des esprits"  Chapitre premier des esprits, nous donne une classification des esprits et nous éclaire sur les différents ordres d'esprits. Nous retrouvons ces esprits dans le troisième ordre - Les esprits imparfaits:



101. Caractères généraux. - Prédominance de la matière sur l'esprit. Propension au mal. Ignorance, orgueil, égoïsme et toutes les mauvaises passions qui en sont la suite.
Ils ont l'intuition de Dieu, mais ils ne le comprennent pas.
Tous ne sont pas essentiellement mauvais ; chez quelques-uns, il y a plus de légèreté, d'inconséquence et de malice que de véritable méchanceté. Les uns ne font ni bien ni mal ; mais par cela seul qu'ils ne font point de bien, ils dénotent leur infériorité. D'autres, au contraire, se plaisent au mal, et sont satisfaits quand ils trouvent l'occasion de le faire.
Ils peuvent allier l'intelligence à la méchanceté ou à la malice ; mais, quel que soit leur développement intellectuel, leurs idées sont peu élevées et leurs sentiments plus ou moins abjects.
Leurs connaissances sur les choses du monde spirite sont bornées, et le peu qu'ils en savent se confond avec les idées et les préjugés de la vie corporelle. Ils ne peuvent nous en donner que des notions fausses et incomplètes ; mais l'observateur attentif trouve souvent dans leurs communications, mêmes imparfaites, la confirmation des grandes vérités enseignées par les Esprits supérieurs.

Leur caractère se révèle par leur langage. Tout Esprit qui, dans ses communications, trahit une mauvaise pensée, peut être rangé dans le troisième ordre ; par conséquent, toute mauvaise pensée qui nous est suggérée nous vient d'un Esprit de cet ordre.
Ils voient le bonheur des bons, et cette vue est pour eux un tourment incessant, car ils éprouvent toutes les angoisses que peuvent produire l'envie et la jalousie.
Ils conservent le souvenir et la perception des souffrances de la vie corporelle, et cette impression est souvent plus pénible que la réalité. Ils souffrent donc véritablement, et des maux qu'ils ont endurés et de ceux qu'ils ont fait endurer aux autres ; et comme ils souffrent longtemps, ils croient souffrir toujours ; Dieu, pour les punir, veut qu'ils le croient ainsi.
On peut les diviser en cinq classes principales.


102. Dixième classe. ESPRITS IMPURS. -


Ils sont enclins au mal et en font l'objet de leurs préoccupations. Comme Esprits, ils donnent des conseils perfides, soufflent la discorde et la défiance, et prennent tous les masques pour mieux tromper. Ils s'attachent aux caractères assez faibles pour céder à leurs suggestions afin de les pousser à leur perte, satisfaits de pouvoir retarder leur avancement en les faisant succomber dans les épreuves qu'ils subissent.
Dans les manifestations, on les reconnaît à leur langage ; la trivialité et la grossièreté des expressions, chez les Esprits comme chez les hommes, est toujours un indice d'infériorité morale, sinon intellectuelle. Leurs communications décèlent la bassesse de leurs inclinations, et s'ils veulent faire prendre le change en parlant d'une manière sensée, ils ne peuvent longtemps soutenir leur rôle et finissent toujours par trahir leur origine.
Certains peuples en ont fait des divinités malfaisantes, d'autres les désignent sous les noms de démons, mauvais génies, Esprits du mal.
Les êtres vivants qu'ils animent, quand ils sont incarnés, sont enclins à tous les vices qu'engendrent les passions viles et dégradantes : la sensualité, la cruauté, la fourberie, l'hypocrisie, la cupidité, l'avarice sordide. Ils font le mal pour le plaisir de le faire, le plus souvent sans motifs, et par haine du bien ils choisissent presque toujours leurs victimes parmi les honnêtes gens. Ce sont des fléaux pour l'humanité, à quelque rang de la société qu'ils appartiennent, et le vernis de la civilisation ne les garantit pas de l'opprobre et de l'ignominie.


103. Neuvième classe. ESPRITS LEGERS. -


Ils sont ignorants, malins, inconséquents et moqueurs. Ils se mêlent de tout, répondent à tout, sans se soucier de la vérité. Ils se plaisent à causer de petites peines et de petites joies, à faire des tracasseries, à induire malicieusement en erreur par des mystifications et des espiègleries. A cette classe appartiennent les Esprits vulgairement désignés sous les noms de follets, lutins, gnomes, farfadets. Ils sont sous la dépendance des Esprits supérieurs, qui les emploient souvent comme nous le faisons des serviteurs.
Dans leurs communications avec les hommes, leur langage est quelquefois spirituel et facétieux, mais presque toujours sans profondeur ; ils saisissent les travers et les ridicules qu'ils expriment en traits mordants et satiriques. S'ils empruntent des noms supposés, c'est plus souvent par malice que par méchanceté.


104. Huitième classe. ESPRITS FAUX-SAVANTS. -


Leurs connaissances sont assez étendues, mais ils croient savoir plus qu'ils ne savent en réalité. Ayant accompli quelques progrès à divers points de vue, leur langage a un caractère sérieux qui peut donner le change sur leurs capacités et leurs lumières ; mais ce n'est le plus souvent qu'un reflet des préjugés et des idées systématiques de la vie terrestre ; c'est un mélange de quelques vérités à côté des erreurs les plus absurdes, au milieu desquelles percent la présomption, l'orgueil, la jalousie et l'entêtement dont ils n'ont pu se dépouiller.


105. Septième classe. ESPRITS NEUTRES. -


Ils ne sont ni assez bons pour faire le bien, ni assez mauvais pour faire le mal ; ils penchent autant vers l'un que vers l'autre et ne s'élèvent pas au-dessus de la condition vulgaire de l'humanité tant pour le moral que pour l'intelligence. Ils tiennent aux choses de ce monde dont ils regrettent les joies grossières.


106. Sixième classe. ESPRITS FRAPPEURS ET PERTURBATEURS. -


Ces Esprits ne forment point, à proprement parler, une classe distincte eu égard à leurs qualités personnelles ; ils peuvent appartenir à toutes les classes du troisième ordre. Ils manifestent souvent leur présence par des effets sensibles et physiques, tels que les coups, le mouvement et le déplacement anormal des corps solides, l'agitation de l'air, etc.. Ils paraissent, plus que d'autres, attachés à la matière ; ils semblent être les agents principaux des vicissitudes des éléments du globe, soit qu'ils agissent sur l'air, l'eau, le feu, les corps durs ou dans les entrailles de la terre. On reconnaît que ces phénomènes ne sont point dus à une cause fortuite et physique, quand ils ont un caractère intentionnel et intelligent. Tous les Esprits peuvent produire ces phénomènes, mais les Esprits élevés les laissent en général dans les attributions des Esprits subalternes, plus aptes aux choses matérielles qu'aux choses intelligentes. Quand ils jugent que des manifestations de ce genre sont utiles, ils se servent de ces Esprits comme auxiliaires.

 


Action des esprits sur les phénomènes de la nature

Article : Centre André Luiz :


L’action des Esprits sur les phénomènes de la nature est une question importante et qui est souvent mal interprétée par le manque de connaissance des bases de la doctrine spirite. A partir de l’enseignement des Esprits supérieurs, nous allons essayer de montrer à quel niveau peut intervenir l’action des Esprits et de quelle manière.


1   CAUSE PREMIERE

Les Esprits nous disent que Dieu est la cause première. Il a établi les lois de la nature qui contrôlent les grands phénomènes de la nature (1).


2   RAISON D'ETRE - BUT

Les Esprits nous disent de plus que les grands phénomènes de la nature, que l'homme ne peut contrôler, ont une raison d'être, un but (1).

  • Cette raison d'être peut être le plus souvent le rétablissement de l'équilibre et de l'harmonie dans la nature, comme par exemple :
    • les forces accumulées dans le sous-sol, suite aux mouvements des plaques, retrouvent leur équilibre par des tremblements de terre catastrophiques.
    • L'évaporation de l'eau des océans s'accumule dans les nuages qui, si par les déséquilibres entraînés par l'homme ou par les mouvements de la terre, ne se déversent pas régulièrement, finissent par nous retourner en trombes conduisant aux catastrophes et aux inondations, etc.
  • Parfois ils peuvent avoir une raison d'être directe pour l’évolution de l'homme, et pour la rémission de ses dettes du passé et son avancement :
    • Allan Kardec, dans le Livre des Esprits (3), lorsqu’il traite du problème des fléaux destructeurs et de leur importance pour l’évolution de l’homme, nous explique que nous n'avons qu'une vue limitée de l'évolution et des desseins de Dieu et de notre tâche sur terre, c’est pourquoi nous ne comprenons pas les grandes catastrophes qui conduisent à de nombreux décès.
      Les grands bouleversements sont souvent nécessaires pour permettre d'avancer plus vite. Ce qui aurait pu nécessiter quelques siècles, se fera en quelques jours, quelques années.
      Le Spiritisme vient enlever le voile de l'injustice apparente de Dieu devant les fléaux. Souvent une catastrophe va permettre à tout un ensemble de personnes de résoudre une dette du passé en même temps, « un karma », et ainsi de pouvoir progresser car c'est le but de tout homme.
      Souvent les fléaux qui tombent sur l'humanité sont des conséquences de l'inconscience de l'homme, mais ils n'en restent pas moins nécessaires car ils ouvrent les yeux de l'homme et l'aident à progresser.
    • Ce qui est confirmé par l’Esprit Emmanuel (2) qui nous enseigne que « les secousses sismiques ne sont pas de simples accidents de la nature. Le monde n'est pas sous la direction des forces aveugles. Les commotions du globe sont des instruments d'épreuve collective, rigide et pénible. Dans les cataclysmes, la multitude rachète également ses crimes du passé et chacun s’acquitte ainsi de ses dettes individuelles du passé ».

Parmi les fléaux destructeurs qui touchent l’humanité nous pouvons citer :

  • les épidémies et les grandes maladies qui mobilisent les scientifiques et font progresser la médecine : le cancer, les maladies causées par certains vices (cigarettes, alcool,...), le SIDA (dérèglement de la sexualité...),
  • les grandes catastrophes naturelles climatiques : inondations, intempéries, tornades, tempêtes,
  • les tremblements de terre : qui font évoluer la terre qui s'adapte à l'homme,
  • les grandes catastrophes : accidents d’avion, de bateau...


3   RÉALITÉ DE L'ACTION DES ESPRITS

Les Esprits supérieurs contrôlent les phénomènes de la nature.

Dans le passé, les hommes attribuaient tous les phénomènes de la nature à des Esprits supérieurs, à des Dieux (vent, foudre, arbres, tremblements de terre, volcans...). Cela n'est pas vraiment faux nous disent les Esprits (4).

Bien que Dieu soit la cause première, il n'agit pas directement sur la nature, ce sont des Esprits plus ou moins évolués qu'il charge de contrôler les éléments naturels (1).

Ce contrôle dépend donc du le niveau d’évolution moral des Esprits.

Les Esprits concernés, ne sont pas des êtres à part de la création, ce sont des Esprits qui évoluent comme nous et se réincarnent (ou vont se réincarnés) (5) :

  • Certains sont plus élevés, ils vont diriger les actions.
  • D'autres moins évolués vont agir sur la matière suivant les directives supérieures.
  • Pour certains phénomènes, les esprits se réunissent en masse pour agir sur la nature, c'est le cas des orages.

L’Esprit Emmanuel (6) confirme l'intervention des forces spirituelles sur les lois de la nature et nous dit que même si l'homme étudie et examine avec tout le sérieux possible les phénomènes de la nature, il n'arrivera jamais à démentir la réalité des facteurs transcendants.
Tous les phénomènes météorologiques sont contrôlés par les préposés de Jésus qui les dirigent afin d'accomplir les processus de l'évolution. Un jour, quand l'homme aura suffisamment évolué, il pourra les contrôler au bénéfice de tous.

Les Esprits à l’époque de Allan Kardec et de Emmanuel de nos jours, nous confirment donc qu’ils interviennent sur les phénomènes de la nature. Les plus évolués dirigent et utilisent les Esprits plus proches de la matière pour agir.
Les Esprits nous disent même que plus tard, quand l’homme aura évolué moralement, il pourra lui aussi agir directement sur ces phénomènes, mais actuellement, il n’est pas prêt, si on lui laisse la possibilité de ce contrôle, il l’utilisera contre lui même.


4   MODE D'ACTION DES ESPRITS

L'action des Esprits peut se dérouler à deux niveaux selon leur degré d'avancement et d'évolution :

  • Ils peuvent agir en connaissance de cause selon leur libre arbitre
  • Ils peuvent agir de façon intempestive ou irréfléchie. Dans ce cas, ils ne feront pas n’importe quoi, les Esprits supérieurs vont les laisser agir, que si cela est nécessaire et pour un but précis.

Tous les Esprits sont nécessaires et utiles, les moins évolués vont agir sur la nature, ils en sont les agents à leur insu, plus tard avec le développement de l'intelligence et de la morale, ils pourront diriger les choses à leurs avantages (7).

Il en est de même pour l’homme incarné, par son action il déséquilibre la nature, puis plus tard il en subit les conséquences. Un jour il comprend et essaye de revenir en arrière pour réparer ses erreurs, c’est le cas par exemple :

  • de la désertification, qui est arrêtée par la plantation d’arbres,
  • des grands plateaux de céréales déboisés, qui ne retiennent plus l’eau de pluie, et qui obligent l’homme à revenir au reboisement...

Dans l’Evangile selon le Spiritisme (8), les Esprits supérieurs ont confirmé à Allan Kardec qu’il n’existe pas de miracles ni de prodiges. En donnant l’explication de certains phénomènes incompris, le spiritisme détruit ce qui restait encore du domaine du merveilleux. Seul Dieu peut déroger aux lois de la nature, de ce fait tout phénomène passant pour surnaturel, n’est autre chose que l’application des lois de nature. Le domaine des faits surnaturels se réduit à mesure que la science et notre connaissance s’étend.

L’action des Esprits va rester dans le domaine des lois de la nature, les Esprits vont utiliser des fluides donnés par la nature, les animaux, les êtres humains pour agir sur la matière (14).

Allan Kardec, dans la revue spirite nous présente les réponses de l’Esprit Saint Louis, au sujet de la fatalité des événements sur notre vie et sur l’action des Esprits sur ces événements.
Saint Louis après plusieurs questions sur le même sujet en revient toujours à la même réponse : les Esprits peuvent nous influencer moralement mais ils ne changent pas les lois de la nature (9).


5   EXEMPLES

  • la tempête apaisée par Jésus (10)

Jésus, lors de la traversée d'un lac avec les apôtres, se trouve pris sous une tempête. Devant le danger et voyant la barque se remplir d'eau, ils éveillèrent Jésus qui dormait tranquillement en criant: "Maître, nous périssons".
Jésus se réveilla et parla aux vents et aux flots agités qui s’apaisèrent...

Selon Allan Kardec, nous ne connaissons pas assez les secrets de la nature pour affirmer s'il y a, oui ou non, des intelligences occultes qui président l'action des éléments.
Dans cet exemple, on ne sait pas si Jésus est intervenu directement sur les phénomènes de la nature ou sur les Esprits qui agissent sur la nature, mais il y a une intervention certaine.

  • Les Elfes (11)

A partir d’un article de Conan Doyle sur des photos représentant des elfes auprès de petites filles, la revue spirite commente la croyance à l'existence d'êtres appelés fées, farfadets, lutins, gnomes, korrigans, cette croyance est ancienne et générale.
Est ce des créations de la pensée, "élémentals" selon les occultistes et les théosophes, existent-ils réellement, nous l'ignorons. Les Esprits supérieurs ne parlent pas, dans le cadre de la codification de la doctrine spirite, d’êtres à part de la création pour le contrôle de la nature.


                                                                                                                                                                                                                             Cliquer sur l'image



Action des Esprits Dans le mode du « Bas Astral »
(12)

Dans sa description du bas astral, qui est un monde où vivent les Esprits souffrants, Patricia nous raconte comment les Esprits supérieurs agissent sur la nature de ce niveau:
"La nature paraît être toujours abrutissante et révoltée c'est la pénombre tout le temps. Parfois des tempêtes dévastent ces régions avec un effort suprême pour alléger, nettoyer cette accumulation de miasmes et de vibrations obscures crées par l'homme profondément égoïste.
Ici se réunissent dans une connivence déprimante des Esprits , qui sur terre ne se sont pas préoccupés de leur évolution spirituelle.

  • La genèse de notre planète et de la vie (13)

Dans le livre « Le Chemin de la Lumière », psychographié par le médium Brésilien Chico Xavier, Emmanuel nous raconte la genèse planétaire ainsi que l'évolution de l'humanité au travers des différentes civilisations du point de vue spirituel.
Il nous présente Jésus comme le gouverneur de notre planète et l’artisan avec sa légion de travailleurs divins de notre évolution depuis la matière organique à l'homme civilisé :
« Cette communauté d'êtres angéliques et parfaits à laquelle fait partie Jésus, s'est déjà réuni aux proximités de la terre deux fois aux cours des millénaires connus.

  • La première fois, ce fut lors de la création de la terre lors de sa séparation de la nébuleuse solaire.
  • La deuxième fois, quand il a été décidé la venue de Jésus sur terre pour apporter à la famille humaine la leçon de l'évangile, d'amour et de Rédemption. »

Tout au long des millénaires, les Esprits supérieurs sont intervenus sur la nature pour préparer la terre à accueillir la vie et notre humanité :

« Après séparation de la terre de la nébuleuse solaire, tout un travail de la matière incandescente sous l'action de décharges électriques a été réalisé sous leur direction. …….. »
« Puis il y a eut la création de la lune, astre très important :

  • pour l'équilibre de la terre dans son mouvement de translation et pour sa stabilité, c’est l’ancre de la terre dans son mouvement autour du soleil.
  • Par son action sur le mécanisme de la création et de la reproduction, par la lumière polarisée qu’elle réfléchie et par son magnétisme. ……… »

« Enfin ils ont participé à l’établissement des conditions physiques nécessaire pour l'éclosion de la vie :

  • équilibration de la pression atmosphérique,
  • ionisation de l'atmosphère, et création de la couche d'ozone pour filtrer les rayons solaires et protéger la vie future des rayons ultra-violets. ………………….. »

« Et par action des forces cosmiques sur la matière organique, ils créèrent le protoplasma initial à toute vie organisée. »


BIBLIOGRAPHIE

  • Allan Kardec, Le Livre des Esprits, question 536.
  • Emmanuel, psychographié par Francisco Candido Xavier, Le Consolateur, question 88.
  • Allan Kardec, Le Livre des Esprits, questions 737 - 741.
  • Allan Kardec, Le Livre des Esprits, question 537.
  • Allan Kardec, Le Livre des Esprits, question 538.
  • Emmanuel, psychographié par Francisco Candido Xavier, Le Consolateur, questions 15, 76.
  • Allan Kardec, Le Livre des Esprits, question 540.
  • Allan Kardec, l’Evangile selon le Spiritisme, Chapitre XXI, paragraphes 5 et 7.
  • Saint Louis, revue spirite, 1858, mars, N° 3, la fatalité et les pressentiments.
  • Allan Kardec, la Genèse, Chapitre XV, paragraphes 45 et 46.
  • Revue Spirite, 1991, 3ème trimestre, n° 08, page 35.
  • Patricia, psychographié par Vera Lucia Marinzeck de Carvalho, Vivre dans le monde des Esprits, chapitre XIV, le bas astral, page 101.
  • Emmanuel, psychographié par Francisco C. Xavier, Le chemin de la Lumière, chapitre I, la genèse planétaire,
  • Le consolateur, question 13.
  • Allan Kardec, Le Livre des Médiums, 2ème partie, chapitre IV, paragraphe 74. 
Sous-pages (1) : Messages